La ville de Grand popo

La ville de Grand popo


Grand-Popo, la petite ville qui attire aujourd’hui nombre de touristes et de visiteurs fut jadis un grand centre d’affaires doté d’une infrastructure portuaire.

Grand-Popo, la petite ville qui attire  aujourd’hui nombre de touristes et de visiteurs fut jadis un grand centre d’affaires doté d’une infrastructure portuaire. Dès le XVIIe siècle, de nombreux navires venaient y chercher des esclaves mais surtout des matières premières agricoles pour les industries européennes. En effet, à partir de 1727, les premiers comptoirs furent installés à Grand-Popo. Après la signature du traité de protectorat signé avec la France le 12 avril 1885, Grand-Popo devint un grand centre administratif et le seul débouché sur la mer des grandes richesses agricoles du Mono jusqu’à Parakou et Savalou, supplantant ainsi Ouidah et Agoué grâce à son chemin de fer et à son port. Les transactions portaient essentiellement sur le commerce des amandes et huile de palme, des poissons séchés, du coprah et du café. La ville était très réputée pour la dextérité de ses canotiers barreurs hors pair.

A partir de 1894, date de la prise en main de la colonie du Dahomey par la France, la ville fut érigée en Cercle. Elle se transforma en grand centre administratif et commercial où prospère une vingtaine de sociétés commerciales françaises, allemandes, hollandaises et britanniques au nombre desquelles : CICA, FABRE, Coton Colonial, JOHN HOLT, JOHN WALDEN, JB OLLIVANT, etc.